escalade du Quazemi au Canigó

4c+ en second / Alpinisme / Montagne /

150€/pers (si 2 pers.) 300€ (1 pers.seule)


Belle escalade historique et facile, recommandé pour une personne qui débute en alpinisme.
Histoire de l’escalade du Quazemi
Récit de la première (extrait du bulletin trimestriel de la section du Canigou, 30 septembre 1908 et de La revue montagne, 1 896) : En 1896, la course n’a pas encore été faite, mais les suppositions devancent l’acte, en voici les détails :
"le passage direct du Canigou au Quazemi par la crête aiguë qui les réunit, demande des jarrets dispos et des têtes reposées ; il est possible d’ailleurs que le passage de la crête soit plus aisé l’hiver, avec une couche de neige pour élargir un peu la place du pied".
Puis le 30 septembre 1908 est rédigé le récit de l’ascension : "Partie de Vernet à 3 heures du matin, notre caravane atteignit le Quazemi de Dalt à 9 heures et demie. Après nous êtres encordés, nous prîmes contact, à 10 heures, avec les premiers rochers de la crête. Quelques mètres faciles nous conduisirent à un resserrement du faîte qu’il fallut traverser à califourchon. De là, l’ensemble du parcours se présentait comme une succession de blocs en forme de colonnes brisées, disloquées en équilibre plus ou moins stable. L’un de ces passages fut l’escalade d’un "gendarme", le sommet offrait de bonnes prises pour les mains, mais le plus grand d’entre nous ne réussit qu’à effleurer, du bout des pieds, des prises ruinées qui cédèrent. Après deux ou trois tentatives, on dut se résoudre à quitter et à contourner le gendarme.
Au sommet du Canigou, il était 1 heure du soir (13 heures)”. Il faut attendre 19 ans pour la deuxième tentative par Dr Marguerite Parat, Dr Migot et de Saint-Félix le 13 septembre 1927 (temps mis pour la traversée lors de la deuxième ascension : 1 heure.).
Prosper, Bernard, Eugène AURIOL
Né à Perpignan le 2 août 1861, décède en 1944. Banquier, principal actionnaire de la banque Auriol, censeur de la Banque de France (succursale de Perpignan), directeur de la caisse d’Épargne de Perpignan, pyrénéiste. Il participe les 14 et 15 juillet 1894 dans le massif du Canigou à la reconnaissance pour construire le refuge Arago, Il est reconnu comme étant l’initiateur du ski dans les Pyrénées, première descente en 1901 à côté de Mont-Louis (66). En 1921, Prosper Auriol, en compagnie d’Edmond Baxo (du CAF) demande au Maréchal Joffre de consentir à donner son nom à un pic anonyme du massif du Canigou. L’inauguration du pic Joffre a lieu lors de l’été 1921.
Jean ESCARRA
Né à Paris le 10 avril 1885, décède en 1955. Professeur à la faculté de droit de Paris, il fut entre les deux guerres mondiales conseiller juridique du gouvernement chinois et devint un des meilleurs sinologues de son temps. Président national du CAF de 1932 à 1935, dynamise les clubs et instaure l’idée d’une première expédition en Himalaya.

Quazemi avril 08 par desert-dulac